Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
La culture tetela

Les Tetela sont les descendants de l´ancêtre mythique OKUTSHU MEMBELE. lls parlent la langue otetela.

 

AUX SOURCES DU DEVENIR HISTORIQUE

Il est convenu que l’histoire des KUSU–TETELA prend ses racines à la suite de la désertification du Sahara entre 2500 et 500 avant Jésus-Christ.  En ce moment–là, il y a eu un mouvement des populations vers le sud, principalement dans l’actuelle région du lac Tchad.  Cela a provoqué une forte concentration démographique suivie d’importants mouvements migratoires.

Ces mouvements se seraient effectués selon une triple direction : du Nord-Est vers le Sud – Ouest, du Sud vers le Nord et du Nord-Ouest vers le Sud-Est. Le groupe Bantou auquel appartiennent les ancêtres des Mongo aurait quitté le sud du Nigeria actuel et le Nord Cameroun pour longer la lisière de la forêt équatoriale jusqu’au Haut-Nil.  Mais sous la poussée des Nilotiques et dans la recherche d’un territoire d’habitation, ils pénétrèrent dans le bassin du Congo alors occupé par les pygmées vers le 17e siècle.

Les ancêtres migrants des KUSU–TETELA suivirent une ligne plus facile le long de la forêt équatoriale avant de se scinder en deux groupes : le premier suivit le couloir Congo–Ubangi, le second se dirigea vers l’Est et descendit le long des montagnes et du lac Tanganyka jusqu’au Lac Kisale au Katanga.

Ces deux itinéraires sont fixés aussi bien par l’archéologie que par la linguistique. Il convient cependant de noter que leur suite a été infiniment compliquée par des migrations croisées qui expliquent un certain métissage des peuples. Le grand groupe protobantu qui s’est dirigé vers l’Est s’est scindé en deux groupes dont, l’un celui des LUBA descendit vers le Sud. Le second, sous la pression des Azande et après un certain séjour dans l’Est avec un métissage harmite et éthiopien, rentra dans le bassin du Congo par le Nord–Est, c’est le groupe des ANAMONGO.  Ce groupe s’est divisé en trois branches :

  1. Les MONGO, au sens restreint qui ont essaimé vers l’Ouest dans la direction de la République du Congo (Brazza) et du Cameroun. Ce sont les MONGO, les MUNDJI, les NTOMBA, les YAMONGO, les NKUNDO, les MBOLE, les EKONDA, les NKUTSHU, les SHOKO ! etc...
  2. Les MONGO  au sens large qui se sont dirigés vers le centre de la République Démocratique du Congo ( Zaïre ) les Mongando, les Lilia, les Yasayama, les Kela, les Boyela, etc
  3. Les MONGO au sens spécial qui traversent la forêt de la cuvette centrale du Congo dans la direction du Sankuru-Lomami

Ce sont les  KUSU-TETELA : les NKUTSHU, les MBOLE, les LANGA, les KUSU, les HINA, les KONGOLA, les MATAPA, ect..

LA GENEALOGIE FONDATRICE 

Ce dernier groupe est identifié par la tradition comme descendant d’ONKUTSHU–MEMBELE descendant lui-même de l’ancêtre éponyme MONGO fils de WOOTO LIANJA. Les descendants d’ONKUTSHU–MEMBELE à savoir NGANDO, NDJOVU et WATAMBOLO ont donné naissance aux trois lignages fondamentaux des KUSU–TETELA, qui, à leur tour, se sont divisés en plusieurs lignages qui composent l’ethnie.  La tradition retient que la généalogie des KUSU–TETELA  du Sankuru–Lomami s’élabore de la manière suivante :

Ancêtre mythique  WOOTO-LIANJA

Descendant de WOOTO : NYANGWE

Descendant de NYANGWE : MONGO

Descendant de MONGO : MEMBELE

Descendant de MEMBELE : ONKUTSHU

Descendant d’ONKUTSHU :

1.      NGANDO
2.      NDJOVU
3.      WATAMBOLO

 

Descendants de NGANDO :OPOMBO, KODI, MUNGE, OLEMBA, MONDJA, DJINGA, NAMBELO, ODJANGI, DJONDO (fille), VELE, ONGEDI, EENGO, NGOMBE, MANGE, YONGE, DJADI, DIMANGA, YULA, etc…

Descendants de NDJOVU :SONGO, EHONGA, NKOY, NTANDA, KONDO, WEMA, LUkFUNGU, ONKUTSHU, OKUBA, OKELA, OWANDJI, LUTSHIMBA, etc…

Descendants de WATAMBOLO :YENGE, EWANGO, SHENGA, KOLOMBE, LOSA, OMUNA, ALANGA, EDUO, PETE, OHAMBE, OTITO, NYANGA, ADUNGU, OHINDO, OMBOLE, ODUKU, SHOKENDE, MANDA, SHEKI, PEMBE, OS’OKONDA, KONDE, KUAPANGA 

Il faut tout de suite faire remarquer que ces listes des descendants sont loin d’être exhaustives et rigoureuses.  Ce sont plutôt des pistes que la tradition retient comme probables à partir de la mémoire  de l’origine généalogique commune.

(Extrait de Abbé NGUWO NDJOVU, Défi de la refondation de l´unité des Kusu-Tetela du Sankuru, Tshumbe, Cerca, 2000). Autres sources citées par l´auteur:


 DE HEUSCH L., Autorité et prestige dans la société Tetela, in Zaïre n° 10, VIII, 1945, p. 1012

YUNGU A. (Mgr), Enyamba à l’intersection de l’Occuménisme et de l’authenticité, Tshumbe, 1975, p.6.

BAUMAN H. et WESTERMANN D., Les peuples et les civilisations de l’Afrique, Payot, Paris 1964, pp. 462–464

 137

culture (1)

lokombe4

ngomo yankamba (2)

P1030467

S7300284

shenga 251

P1030469

Speerspitze-Tetela-19502-ATetela-Gong-19601-A

  musik-tetela.jpg  

  PELERINAGE D´ENYAMBA 1975

1975, décrétée Année Sainte de l’Eglise Catholique inspire le jeune nouvel Evêque KUSU–TETELA du Diocèse de TSHUMBE, Mgr YUNGU à lancer l’idée de la recomposition de l’unité des KUSU–TETELA par un pèlerinage au site originel du groupe ethnique à ENYAMBA AWAADI. Ce pèlerinage est intitulé «  A L’INTERSECTION DE L’OECUMENISME ET L’AUTHENTICITE ». Il devra regrouper les fils d’OKUTSHU–MEMBELE à partir des patriarches des clans et les responsables des Eglises chrétiennes en combinant les idées de « la campagne pour l’authenticité »du M.P.R et la promotion de l’unité des Eglises chrétiennes dans l’Oecuménisme.[1]

La campagne pour le pèlerinage de l’unité et de la réconciliation des fils d’OKUTSHU–MEMBELE entre eux, devant les ancêtres et devant DIEU a duré trois mois. L’Evêque et les chefs des clans ainsi que les notables se sont mobilisés pour la reconstitution de la parentèle et la refondation du pacte du sang en vue de redynamiser l’alliance familiale dans une synergie renouvelée.

Au moment convenu, les descendants d’OKUTSHU–MEMBELE, représentés par les patriarches des clans et les responsables des Eglises convergent vers le nombril de leurs lignages ENYAMBA A WAADI sur les terres de DJINGA à KAKATO–KOMBE. Là, le serment de l’unité fut renouvelé le 20 Avril 1975 au cours des cérémonies religieuses et coutumières présidées par le doyen des patriarches KOKOLOMAMI WEMAMBOLO du clan de YENGE fils aîné de WATAMBOLO.[2]

yungu-mgr.jpg

Après le culte œcuménique vint la cérémonie ancestrale de réconciliation « LOSAPO », en se superposant les jambes pendant qu’on fait le serment d’unité devant Dieu et les ancêtres et qu’on maudit les fauteurs de division. La cérémonie se terminera par le repas symbolique et rituel de la communion (OWOTO).[3]

A la fin de la cérémonie, le mémorial de l’unité érigée sous forme d’une stèle en pierre surmontée d’une croix symbolisant la rencontre du salut entre le ciel et la terre comme éclate un

bourgeon gorgé de vie sous le soleil sans couchant procédant d’une rupture vers une continuité de vie sans fin.

L’objectif principal du pèlerinage D’ENYAMBA fut l’enterrement rituel de l’idéologie séparatiste née une dizaine d’année plutôt parmi les fils d’OKUTSHU–MEMBELE dans la course au pouvoir politique à Lodja par la manipulation du récit généalogique et la modélisation de l’impact de l’écosystème sur la culture et la politique.  


[1] YUNGU A., (Mgr) ENYAMBA, A l’intersection de l’œcuménisme et de l’Authenticité, TSHUMBE, 1975

[2] Ibidem

[3] NGUWO NDJOVU, La société traditionnelle KUSU-TETELA, p. 15

 

SITES TOURISTIQUES

 

Le tourisme ne peut se réduire aux voyages organisés endehors de sa région vers les milieux les plus connus de l´univers touristique.

Découvrir son propre milieu, la beauté de la nature: les forêts et ses petites colines, les cours d´eau, la brousse et la savane est une nouvelle manière de faire le tourisme. Cette activité ne nous concerne pas du tout et pourtant elle procure le répos, nous éloigne du quotidien et peut nous remettre en nous-mêmes si nous faisons de ces promenades dans la nature une occasion de méditation et d´admiration de l´oeuvre de la création.

Quelques sites:

  • Enyamba a wadi
  • la chute de Katopa
  • Okidi wa Lomami
  • la rivière Sankuru (Dibele-Ifuta)
  • la rivière Lukenye
  • la rivière Lubefu
  • la savane Ongondo après la paroisse de Nganga
  • la savane d´Owele, d´okolo, Djalo, Lubefu
  • le site de l´UNITSHU
  • le site du Grand Séminaire Jean-Paul II
  • le site de l´école cathechétique d´Edinga

loseno

eau lokenye (2)

AUTOVOYAGE (15)

pastoralia3

sankuru

SDC10860

yenga-dibele 088

Partager cette page

Repost 0
Published by